Le Club Artravel

Avantages pour les membres Artravel pour Intercontinental Marseille :

  • Artravel Magazine le club Meilleur prix garanti
  • Artravel Magazine le club Petit déjeuner offert
  • Artravel Magazine le club Check out tardif
rejoignez le club !

Intercontinental Marseille

Un lieu hors du commun métamorphosé par l’architecte d’intérieur Jean-Philippe Nuel qui bouscule ici tous les codes du groupe hôtelier britannique. Au Moyen-Âge, l’hôpital du Saint-Esprit accueillait les enfants abandonnés et les malades. Agrandi par Jacques Hardouin-Mansart en 1753, l’Hôtel-Dieu, achevé en 1866 et inauguré par Napoléon III, s’inscrit dans les réalisations majeures de l’architecture hospitalière du XVIIIe siècle.

Il a fallu une décennie de projet, dont trois ans de réhabilitation et construction pures, pour que ce fleuron InterContinental, qui amorce la butte du quartier du Panier, offre son beau parvis redessiné, une immense terrasse à la vue magique et ouvre ses 172 chambres et 22 suites, dont la Présidentielle et ses 80 m2 de terrasse privée, qui regardent toutes le Vieux-Port et la Bonne Mère tutélaire, ses restaurants, piscine intérieure et spa Clarins. Le monumental challenge architectural, confié à Anthony Béchu de l’agence AAAB et à Emmanuel Dujardin (Tangram Architectes à Mar- seille) imposait de respecter le substrat structurel originel et la somptueuse minéralité du bâtiment dont les façades en pierre de Fontvieille et de La Couronne subliment la lumière provençale.

L’Intercontinental Marseille promet à ses clients une expérience émotionnelle, culturelle, esthétique, gastronomique (le chef étoilé Lionel Lévy est un surdoué), épicurienne… unique. Et le résultat est à la hauteur de ses promesses ! Côté décoration aussi. L’architecte d’intérieur parisien Jean-Philippe Nuel a ici magnifié lobby, bar, brasserie, spa, chambres et suites.

Un décor d’exception, « une œuvre intime » où Marseille et la mer sont subtilement évoquées. « À Marseille, on sent la minéralité de la ville, la qualité incroyable de la lumière avec des ombres qui se découpent avec force », témoigne-t-il.

Aussi, paysage, lumière et minéralité ont forgé son inspiration. Dans le vaste lobby, les tons de pierre et d’ardoise rendent hommage à la basilique Notre-Dame de la Garde et à la cathédrale de la Major. Des colonnes voisinant avec des petits salons tous différents structurent l’espace, tandis que la verrière au-dessus de l’axe principal dévoile les façades historiques de l’hôtel. De grands vases métalliques créés spécialement rappellent les amphores traditionnelles.

Le bar Le Capian, meublé entre autres de créations d’Antonio Citterio (B&B Italia), et la brasserie Les Fenêtres se font face et ouvrent sur une immense terrasse (mobilier Kettal et Manutti) avec un panorama époustouflant sur le Vieux-Port et la Bonne Mère.

Comme dans la brasserie, le plafond du bar est habillé d’une imposante corniche noire décollée des murs, rendant ainsi l’espace plus intime. Avec des reproductions de toiles sur Marseille du XVIIIe qui contrastent avec la modernité de ce bar feutré, pourvu d’une étonnante cheminée en verre déformé à chaud. Dans la brasserie, un mur ancien d’origine, partiellement troublé par un jeu de verre et de miroirs, a été conservé. Des banquettes claires, dessinées par Jean-Philippe Nuel, avec de grands bougeoirs, segmentent la pièce, tandis que de magistrales suspensions (noir et or) de Catellani & Smith, recomposées pour la brasserie, donnent une vraie dynamique à l’ensemble. On retrouve aussi cette présence du doré au niveau des luminaires des chambres pour révéler la qualité de la lumière marseillaise. L’acte gratuit (ou la facilité) n’a pas sa place dans le travail de Jean-Philippe Nuel.

Dans les chambres et suites, de 28 à 160 m2, l’architecte d’intérieur a utilisé une gamme chromatique dans les tons pierre anthracite et blanc. Avec des plaids brodés imitant les motifs traditionnels provençaux (comme sur les moquettes des couloirs), des photographies de Véronique Durruty qui accentuent ce rapport à la ville, des têtes de lit en cuir, des murs agencés en bois dissimulant les placards, etc. Certaines salles de bains sont ouvertes sur la chambre par un jeu de persiennes remémorant les façades de la cité phocéenne. Chacune possède un plan vasque en lave émaillée et du carrelage contemporain signé Patricia Urquiola (Mutina) avec des motifs incrustés comme l’empreinte d’un artisanat ancestral.

Au sol dans certaines chambres, le parquet prolonge la terrasse privative (en lieu et place des anciennes circulations de l’Hôtel-Dieu) avec cette même vue inouïe sur Notre-Dame de la Garde, dont on ne peut se lasser…

Sous l’enseigne by Clarins, le spa constitue LA parenthèse bien-être de l’expérience Intercontinental Marseille – Hôtel Dieu. Avec son centre de fitness et sa piscine intérieure, il est le premier spa de la prestigieuse marque de cosmétique à Mar- seille, mais aussi le tout premier partenariat avec un hôtel InterContinental en France.

Dans un décor revisitant les traditionnels bassins et lavoirs provençaux, les lieux invitent à un voyage encore plus loin dans l’univers méditerranéen de l’hôtel. Au total, 1000m2 de détente : cinq cabines de soins, des douches à expériences, saunas (dont un infrarouge), hammams, espaces de repos intérieurs mais aussi extérieurs, solarium et spacieuse salle de fitness…

Parmi ses traitements signature, la bulle bien- être propose notamment en exclusivité pour l’InterContinental Hôtel-Dieu le soin « Clarins en Provence », associant hammam, gommage aux poudres de plantes et modelage ressourçant aux pochons de lavande.

Un luxe jamais ostentatoire. Un décor qui se fond avec la ville. Des atmosphères plurielles, des panoramas prodigieux. Une nouvelle adresse tout simplement féerique.

www.marseille.intercontinental.com

Réservation membres : 04 13 42 42 30 ou reservations.marseille@ihg.com

Photos : © AnnedelSocorro © Yann Audic © Christian Muller © Eric Cuvillier